Babi Badalov

February 22, 2014

“Report on the Construction of a Spaceship Module”, New Museum, New York, 01/22/14 – 04/13/14

Filed under: Artworks — babibadalov @ 9:13 pm

http://www.reportontheconstructionofspaceshipmodule.org/

aktuality poetry2

aktuality poetry3http://www.reportontheconstructionofspaceshipmodule.org/

cobrahttp://www.reportontheconstructionofspaceshipmodule.org/

aktuality poetry4

December 16, 2013

“PORTO – ПОРТО” Babi Badalov, A CERTAIN LACK OF COHERENCE, Porto

Filed under: Artworks — babibadalov @ 10:59 pm

http://acloc-66-babi-badalov.blogspot.fr/

http://acertainlackofcoherence.blogspot.fr/

coherence7

coherence15

coherence3

coherence23

coherence24

coherence13

coherence20

coherence2

coherence1

porto nopto1

porto nopto3

porto nopto7

porto nopto5

porto nopto10

porto nopto19

porto nopto8

 

 

Lettres, mots, dessins, photos, tissus, sacs, T-shirts, chaussures, papiers, cartons, murs, détritus, objets perdus ou jetés, puis glanés dans la rue par l’artiste, Babi Badalov transforme tout en matériau artistique, surtout lorsqu’il est pauvre dans sa valeur d’usage. Lettre, mot, phrase, image, tout est déconstruit, libéré de la contrainte de la norme, de la logique convenue. Signifiants et signifiés sont amplifiés, séparés, déliés pour acquérir une autre forme, un sens nouveau ouvert à une multitude d’interprétations pour muter vers une poésie très personnelle et très politique à la fois, ce qu’il appelle « Poésie visuelle ». Contrepèteries, jeux de mots basculent les conventions, moquent les grands noms et les phrases toutes faites. Même les acquis des quatre années de formation au collège artistique de Bakou volent en éclats. Les langues, la structure des signes, les alphabets, les sujets personnels et politiques, la mort de sa mère, la nostalgie du village de Lerik, l’histoire de l’art, sa détention au Royaume-Uni, son identité sexuelle, son image et celle des autres, les abus et les dérives du pouvoir sur toute la planète. Tout se confond, tout est déhiérarchisé. Une confusion des langages, un brouillage des frontières, une déliquescence des systèmes qu’il provoque pour questionner la vraie signification de la rigueur de la norme.
Pourtant, entre les mots et les images, Babi dessinent des lignes, comme les liens invisibles unissant pensée et langage. Comme si des lignes se formaient entre l’intérieur de sa tête et le monde qui l’entoure. Des lignes sur du papier marqué par les stries du stylo qui se changent en boyaux, en arborescence végétale ou damier d’un échiquier. La ligne est passage, la ligne est trait d’union, la ligne est lien. Elle est pensée, lettre, mot, elle est visage. La lettre aussi peut devenir visage. Babi cherche avec le dessin automatique qu’il pratique méthodiquement à mettre du liant. Dans un élan pulsionnel, il donne une forme à des processus psychique d’association et de mise en relation. Le dessin, le signe, le mot, l’ornement sont aussi réparateurs de l’image souvent meurtrie des humains. Ils viennent combler une béance, permettre les passages, mettre en liaison, reconstituer une identité questionnée.
Les matériaux sont pauvres, comme les techniques : collage, coloriage, écriture griffonnée sur des cahiers, des feuilles de papier, des bouts de draps qui font office de tenture, de panneau d’écriture. Babi Badalov ne cherche pas le beau, la maîtrise, la virtuosité. Son ornementation reste celle d’un enfant coloriant son cahier d’écolier. L’artiste se fait aussi quotidiennement chiffonnier pour collecter toutes ces photos, cartes de visite, étiquettes et prospectus qu’il utilise dans ses collages. Cet attachement au matériau de récupération, au geste de tous les jours se veut même, chez lui, plus qu’un reliquat d’habitude soviétique, un acte, une posture
politique. Même la réutilisation des courriers administratifs comme support de collage et de dessin est un pied de nez à l’Etat français dévoreur de papier. Tout ce qui l’entoure et l’assaille au quotidien, est ingurgité et digéré et transformé. Ainsi en va-t-il de ses nombreuses expériences de vie, que ce soit les foisonnantes années de l’underground pétersbourgeois ou l’humiliante expulsion du Royaume-Uni, jusqu’aux tracas consulaires d’un simple détenteur d’un « Titre de voyage », passeport du réfugié pour voyager hors d’Europe. Plus, il fait de ses difficultés sa force, ses atouts : la confusion des langues (l’artiste en parle six, mais aucune parfaitement), l’isolement social et culturel (il a grandi dans un village de la frontière iranienne en Azerbaïdjan alors soviétique), le statut d’exilé, homosexuel, banni de chez lui. Il en fait chronique sur tout ce qu’il trouve de supports simples et légers quitte à remplir les espaces d’exposition de son journal mural. Car pour Babi Badalov l’art est existentiel, l’art est politique.

Mireille Besnard

uma certa

November 19, 2013

15th Jakarata biennale

Filed under: Artworks — babibadalov @ 9:20 am

101_2573

 

101_2874

 

101_3071

 

101_2877

 

101_2898

September 11, 2013

RE-ALIGNED. From ‘Post-’ to ‘Pre-’ , Tromsø Kunstforening,

Filed under: Artworks — babibadalov @ 10:03 am

tromso2

tromso5

tromso7

tromso8

003

004

April 7, 2013

“Enchanted Wanderer” The Garage Center for Contemporary Art, project for Chukotka

Filed under: Artworks — babibadalov @ 9:08 pm

encahante wanderer

 

Enchante Wanderer5

 

Enchante Wanderer2

 

chukotka expo1

November 7, 2012

“From Below, as a Neighbour” 25 October – 6 November 2012, Drugo More, Rijeka, Croatia

Filed under: Artworks — Tags: — babibadalov @ 3:27 pm

http://www.undo.net/it/mostra/147927

November 2, 2012

Filed under: Artworks — Tags: — babibadalov @ 8:10 pm

Image

Filed under: Artworks — Tags: — babibadalov @ 8:06 pm

Image

Filed under: Artworks — Tags: — babibadalov @ 2:10 pm

Image

Filed under: Artworks — Tags: — babibadalov @ 2:01 pm

Image

« Newer PostsOlder Posts »

The Silver is the New Black Theme. Create a free website or blog at WordPress.com.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.